Forum de l'organisation philosophique, ésotérique et magique du Culte de Cthulhu. Compilation du mythe de Cthulhu, de la magie du chaos et de la quatrième voie.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Wotanisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yrreiht
Admin


Messages : 67
Date d'inscription : 28/08/2010

MessageSujet: Le Wotanisme   Ven 23 Nov - 17:17

Extrait du blog de Sir Shumule que je vous invite à commenter ; Il y a des points communs avec le Culte de Cthulhu...
___________________________________________


Au bout du compte, le Wotanisme consiste à être soi-même, à faire ce que l’on veut et à se réjouir. Je ne le vois cependant pas devenir jamais un mouvement de masse. Pourquoi ? Parce qu’il est la religion de la Loi naturelle et proscrit, par conséquent, la tiédeur et le moyen terme.

L’excès n’est jamais une abomination : c’est la norme qui l’est. « Un monsieur-tout-le monde »… « une journée comme les autres »… « une femme sans histoires »… Voilà les péchés sans rémission, les allers simples pour le Helheim ! Nul besoin d’avoir lu l’Edda pour savoir que, dans ces conditions, 99 % de l’humanité est damnée. Il suffit d’avoir pris le métro une fois.

La certitude que Hel héritera de l’écrasante majorité de nos contemporains est à la fois triste et réjouissante.

Triste, parce que même au sein d’une Eglise de Wotan, nous serons toujours seuls : chaque Wotaniste est un modèle unique, et lutte, paradoxe, pour la préservation d'une race ! C’est la définition psychiatrique du double bind : « la foule est méprisable et veut me voir mourir car je suis l’exception » – « étant l’exception, mon devoir est de me battre pour que survive la foule ». Comment ne pas déprimer dans une telle position ? N’étaient le 85ème Précepte et la promesse du Valhalla, aucun Wotaniste ne quitterait jamais l’état de Weltschmertz – le complexe de Faust – l’Übermensch Blues.

Réjouissante, parce que savoir l'Ordre Universel équipé d’un tout-à-l’égout et d’une fosse septique où évacuer les masses de lobotos dont le spectacle, la servilité et la jobardise nous désolent, peut être un puissant réconfort, en cas de vague-à-l’âme.

Q – Le sommet de la Nature n’est donc pas – contrairement à ce que l’on nous enseigne à l’école – la parfaite adéquation au standard de son espèce, mais l’Exception par rapport à celui-ci ?

R – Oui – et c’est, au contraire, très précisément ce que l’école nous enseigne – non pas en salle de classe, bien sûr, mais dans la cour de récréation.

Les hommes et femmes illustres ont tous – absolument tous – le même passé scolaire. Dans leur enfance, ils étaient soit introvertis, timides et manquant d’assurance – soit exubérants et turbulents au point que l’on émît des doutes sur leur santé mentale. En dépit des encouragements de leurs parents, ils ne s’intégraient pas dans les activités collectives – demeurant à l’écart, ou transformant la chose en monstrueux chahut. Et en un sens, oui, ils étaient des monstres, que leurs parents stimulaient, mais que le monde ostracisait ou regardait avec défiance.

Leurs études, s’ils en ont faites, se sont déroulées dans des conditions inhabituelles, difficiles, ou tumultueuses, bien qu’ils fussent plus brillants et talentueux que leurs camarades. Ils étaient soit ridiculisés comme « intellos », soit redoutés comme « dingues », et souvent plus petits ou plus grands de taille que la moyenne. La masse des élèves leur était hostile – ouvertement (s’ils étaient petits) ou discrètement (s’ils étaient grands).

Or, comme dans le cas du vilain petit canard, une fois établie leur identité, ils éclipsèrent tous leurs semblables.

Avez-vous jamais entendu un personnage médiocre parler d’une célébrité qu’il côtoyait à l’école ? « Ah ! il faisait moins son malin à l’époque ! »… ou : « c’était un vrai connard, ce mec »… Il y a toujours une pointe d’angoisse dans le discours, signe de l’effet dramatique qu’a eu la métamorphose – car la « norme », qui rassurait alors le futur Helheimer, est devenue son tourment.

Le plus drôle est que le même Helheimer est invariablement fan de quelque VIP dont il n’a pas connu la « pré-identité ». Toutes les grandes stars sont idolâtrées par un tas de gens insignifiants qui ne les ont vues paraître qu’après transformation.

Voilà pourquoi une légende vivante doit toujours, à un moment donné, rompre ses anciennes attaches. Les « vieux amis » deviennent des ennemis, affligés que leur copain ait progressé pendant qu’eux stagnaient. Souvent, les parents médiocres des âmes Jarl se murent dans un genre de déni comique, échangeant force mails sur le fantastique nouveau job en analyse marketing de Machin (le frère cadet « normal »), alors que le frère aîné « à problèmes » de la même famille est la personne la plus célèbre et la plus influente qu’ils aient jamais connue !

C’est, du reste, un autre intéressant paradoxe, que les encouragements fournis par les parents dans l’enfance se transforment en ressentiment lorsqu’un garçon, obéissant à leurs vœux, déploie ses ailes et parvient à une gloire indépendante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cthulhu.forumgratuit.org
Satorax Necro



Messages : 24
Date d'inscription : 09/10/2012

MessageSujet: Re: Le Wotanisme   Sam 15 Déc - 12:01

En lisant cela je m'y identifie parfaitement, autant dans mon côté mi de côté, petite taille, et tous le reste.
Même dans cette façon de pensé « la foule est méprisable et veut me voir mourir car je suis l’exception » et c'est exactement se que je pense, je vais me renseigner fortement sur le Wotanisme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le Wotanisme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum du Culte de Cthulhu :: Magie, Religion et Philosophie :: Religion-
Sauter vers: